Cécile Grevin

Doctorante en géographie humaine à l'Université Picardie Jules Verne, en contrat CIFRE au Conseil général de la Somme.

 

Fleuve, territoire, sociétés : habiter la Somme

 

Directeur: Olivier Lazzarotti

Co-direction : Denis Blot

 

Si tout territoire est avant tout construit et approprié par les sociétés qui l’habitent, les pouvoirs publics, à travers des politiques d'aménagements et des projets de territoire tentent également de renforcer la cohérence de ce territoire, afin qu'il puisse répondre à la multiplication des enjeux spatiaux, sociaux, culturels, politiques et étatiques, de développement. Ces enjeux s'intègrent dans des mouvements qui convergent vers une globalisation du monde. La cohérence de tout territoire ainsi qu'une certaine spécificité semblent nécessaires, paradoxalement, au maintien des territoires dans cette course effrénée. Dès lors, ces projets de territoires semblent inéluctables dans cette volonté de compétitivité et ne peuvent se concrétiser sans la construction d'un « sentiment territorial» qui s'appuie sur les sociétés et qui repose sur des éléments concrets et significatifs pour ces dernières.

Le fleuve est au cœur d'un processus de réhabilitation, impulsée par de nombreuses politiques publiques qui tentent de construite un espace commun. Le fleuve permet ainsi d'être le support de développement et en parallèle, il devient la base de la construction d'un collectif, de liens sociaux afin de renforcer la teneur territoriale d'un espace.

Le Conseil général de la Somme a initié,  en 2009, le Grand Projet Vallée de Somme dont l'objectif est de définir puis de mettre en œuvre, des sources à l'estuaire, un véritable projet de développement, conçu pour et avec les habitants. A travers ce projet, il est possible de s'interroger dans quelle mesure un élément du milieu naturel est susceptible de renforcer la teneur territoriale d'un espace.